Pardonner à l'autre !

Crédit photo : Pixabay

Pardonner est un acte fort puisqu’il s’agit de tenir une offense pour nulle en renonçant à se venger. Pardonner n’en est pas moins un acte difficile car le préjudice subi par l’être et/ou l’ego mais aussi la réactivation d’une blessure profonde peut être intense.

 

Le pardon est une notion largement relayée dans toutes les spiritualités. Pardonner, c’est arrêter de se faire du mal en ressassant de vieilles histoires encore et encore. Il s’agit de reconnaître que les relations humaines sont imparfaites et que chacune d’entre elles apporte un apprentissage nécessaire. Pardonner, c’est accepter une personnalité ou un événement en prenant une distance émotionnelle salvatrice. Certains d’entre nous continue à s’attacher au non-pardon dans l’espoir qu’une situation blessante ne se reproduise pas. Malheureusement, c’est totalement illusoire. Cela les plonge dans un état d’injustice permanent et les entraîne même parfois dans une spirale infernale ; celle de la haine destructrice.

 

Le non-pardon ou l’illusion d’avoir pardonner sont communs. Il ne faut pas oublier que :

  • Le pardon n’est pas l’oublier 

Pardonner, c’est se souvenir d’un événement ou d’une personne en prenant la distance émotionnelle nécessaire.

  • Le pardon n’est pas un acte immédiat

Pardonner, c’est laisser le processus de guérison émotionnelle s’accomplir.

  • Le pardon n’est pas excuser l’autre

Pardonner, c’est aussi placer l’offenseur face à ses responsabilités. Il lui faut assumer ses paroles et ses actes.

  • Le pardon ne mène pas toujours à la réconciliation

Pardonner, c’est lâcher prise. Or ce lâcher prise peut se matérialiser par la possibilité de regagner une confiance ébranlée ou la séparation pour une vie meilleure pour les deux parties.

  • Le pardon n’est pas une obligation

Pardonner, c’est un acte d’amour véritable et non une contrainte imposée par qui que ce soit.

 

A mon sens, il existe plusieurs façons d’apprendre à pardonner, à savoir :

  1. S’inspirer de nos enfants et leur faculté à pardonner pour des petites contrariétés au quotidien,
  2. Evaluer objectivement la gravité d’une situation et le pouvoir de son ego sur soi,
  3. Transformer les émotions négatives en émotions positives en usant de l’empathie et de la compassion,
  4. Cesser de ressasser le passé et être résolument tourné vers l’avenir.

 

Le chemin du pardon est long mais, comme tous les chemins, il mène à une oasis de sérénité. Il comporte sept étapes-clé, à savoir :

  • Décider de ne plus souffrir,
  • Reconnaître que l’erreur ou la faute, souvent partagée, existe,
  • Exprimer ses émotions clairement,
  • Cesser de se sentir coupable,
  • Prendre le temps de comprendre celui qui nous a blessé,
  • Prendre son temps et ressentir ses émotions,
  • Reprendre le contrôle sur sa vie en se libérant d’un fardeau trop lourd à porter.

A mon sens, rien n’arrive pas hasard. Chaque expérience nous permet d’en apprendre un peu plus sur le monde qui nous entoure, sur les relations humaines et surtout sur nous-même. Finalement, je crois que pardonner, c’est remercier l’autre pour la leçon, si intense ait-elle pu être ressentie et reprendre ses valises pour continuer son aventure personnelle. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0