Affronter le regard des autres !

Crédit photo : Pixabay

Lors des accompagnements individuels que je mène une peur est plus tenace que les autres : la peur du regard de l’autre. Cette dernière est le reflet d’autres peurs, de doutes mais aussi de blessures profondes. Elle peut cacher une peur d’être rejeté ou abandonné, une peur de décevoir ou encore une peur d’être jugé voire carrément moqué. Pour beaucoup d’entre nous, le regard des autres apporte embarras ou angoisse. Pour nous protéger et pour rester digne en société, nous portons un masque. Or, ce dernier nous fait perdre peu à peu toute notre authenticité.

 

Nous n’avons pas l’habitude d’apprivoiser le regard des autres. Nous sommes noyés dans la masse et notre instinct grégaire se charge de notre sécurité, même si elle reste illusoire. A l’école, les élèves n’apprennent plus à intervenir seul devant une classe. En entreprise, deux castes bien distinctes se partagent le travail : celle qui se charge de la stratégie, souvent cachée avec soin dans une tour d’ivoire, et celle qui se charge de l’opérationnel, à qui on demande d’être performante mais en silence. Enfin, en famille ou dans le monde associatif, il est tellement plus facile de s’acheter une paix sociale en faisant croire à l’autre que l’on partage un point de vue plutôt que d’oser affirmer ses opinions. Non, nous n’avons pas l’habitude d’apprivoiser le regard des autres. Grâce à cette domestication savamment orchestrée, le manque d’estime de soi et le manque de confiance en soi s’installe peu à peu.

 

A mon sens, la solution ne viendra pas d’un auteur éclairé ou d’une personne inspirante mais d’une génération toute entière, celle de nos enfants ! En les observant, je constate qu’ils refusent avec force le moule social et économique que nous leur proposons ! Tant mieux ! Ils osent … exprimer un point de vue, créer des projets, afficher une ambition et vivre librement ! Pourquoi irions-nous critiquer une génération qui ose ? Cette génération nous apprend au travers des actions qu’elle entreprend que le regard des autres n’est pas important. D’une part, ce dernier n’est que la projection de nos propres jugements superbement mis en scène par des suppositions. D’autre part, si l’autre nous juge, c’est souvent parce que nous lui renvoyons une image dérangeante. Il aimerait atteindre lui aussi un objectif ou un idéal mais il n’y parvient pas encore. Il critique et juge pour se protéger. Ah … la magie de l’ego, encore lui !

 

Voici dix raisons qui devraient vous pousser à vous libérer du regard des autres :

  1. Comprendre que nous avons tous une réalité différente,
  2. Abandonner l’envie de plaire à tout le monde,
  3. Conserver son énergie pour des projets humanistes,
  4. Associer la critique et le jugement à une souffrance profonde,
  5. Intégrer que chaque être humain est unique et parfaitement à sa place,
  6. Cesser de faire des suppositions énergivores,
  7. Dompter son ego,
  8. Oser affirmer ses opinions et ses convictions, même si elles semblent à contre-courant,
  9. Eviter d’avoir des réactions excessives et gagner en sérénité,
  10. Choisir l’authenticité.

 

Se libérer du regard des autres demande du temps. Aussi, il est important d’être tolérant avec soi-même. Cette libération peut se faire en trois étapes, à savoir :

  1. Prendre conscience que nous avons le droit d’être unique mais aussi que nous avons le droit de nous tromper,
  2. Accepter pleinement les émotions émanant de notre relation avec l’autre,
  3. Arrêter de porter des jugements sur l’autre.

 

 

Au-delà du fait de canaliser une peur véritable, se libérer du regard de l’autre, c’est GAGNER … du temps, de l’énergie et de l’estime de soi ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0