Accepter ses blessures !

Crédit photo : Pixabay

En naissant, nous avons tous la même mission : vivre des expériences jusqu'à ce que nous parvenions à en tirer une leçon salvatrice ! Au fil de notre vie, certaines expériences se reproduiront encore et encore. En effet, tant qu'une leçon n'est pas intégrée, nous restons dans une forme de non-acceptation et nous attirons à nous des circonstances et des personnes qui ravivent toujours la même blessure.

 

Beaucoup de croyances et de pensées erronées nous empêchent d'avancer et d'être nous-même. Au fil du temps, elles peuvent même se muer en blessures profondément ancrées. Notre démon intérieur, l'égo, cherche à nous protéger en nous proposant un masque cachant ce mal-être. Mais, au fond, la blessure reste intacte. Aussi, prendre conscience et connaissance de ses blessures permet de les soigner.

 

Lise Bourbeau a écrit un best-seller sur ce sujet, intitulé "les cinq blessures de l'âme". Elle y invite à écouter nos pensées mais aussi notre corps avec soin. Il existe, selon elle, cinq types de blessures : le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice. Nous souffrons généralement d'une à deux blessures en particulier même si nous pouvons être touchés par chacune d'elles.

 

1. Le rejet

La personne souffrant de cette blessure porte le masque du fuyant.

Eveil de la blessure : de la conception à un an - Sentiment de ne pas avoir le droit d'exister,

Caractéristiques du corps : contracté, étroit et mince,

Vocabulaire courant : "nul", "rien", "inexistant" et "disparaître",

Traits de caractère : détaché du matériel, perfectionniste, intellectuel et fuyant,

Peur liée à cette blessure : la panique.

 

2. L'abandon

La personne souffrant de cette blessure porte le masque du dépendant.

Eveil de la blessure : entre 1 an et 3 ans - Sentiment de ne pas avoir assez d'affection,

Caractéristiques du corps : long, mince et dos courbé,

Vocabulaire courant : "absent", "seul", je ne supporte pas" et "on ne me lâche pas",

Traits de caractère : fusionnel, besoin d'une présence, difficultés à prendre des décisions mais aussi joyeux puis triste,

Peur liée à cette blessure : la solitude.

 

3. L'humiliation

La personne souffrant de cette blessure porte le masque du masochiste.

Eveil de la blessure : entre 1 an et 3 ans - Sentiment de ne pas être libre,

Caractéristiques du corps : bien en chair, petit et visage rond,

Vocabulaire courant : "être digne", "petit" et "gros"

Traits de caractère : déteste aller vite, se contrôle pour éviter la honte, compense par la nourriture et s'arrange pour ne pas être libre,

Peur liée à cette blessure : la liberté.

 

4. La trahison

La personne souffrant de cette blessure porte le masque du contrôlant.

Eveil de la blessure : entre 2 et 4 ans - Sentiment d'être manipulé,

Caractéristiques du corps : fort, musclé et regard intense,

Vocabulaire courant : "je le savais", "je suis capable" et "je ne lui fais pas confiance",

Traits de caractère : cherche à être spécial, parvient difficilement à tenir ses engagements, est convaincu d'avoir toujours raison et impatient,

Peur liée à cette blessure : la séparation.

 

5. L'injustice

La personne souffrant de cette blessure porte le masque du rigide.

Eveil de la blessure : entre 4 et 6 ans - Sentiment de devoir être parfait,

Caractéristiques du corps : rigide, peau claire et regard brillant,

Vocabulaire courant : "pas de problème", "toujours", "jamais" et "très bien",

Traits de caractère : perfectionniste, dynamique, a besoin de se justifier et a des difficultés à se faire plaisir,

Peur liée à cette blessure : la froideur

 

A la fin de l'épisode 6 du podcast "Ose l'authenticité", je t'ai invité à te placer devant un miroir, à t'observer et à déterminer sans jugement tes traits physiques. Est-ce que tu notes des traces d'une éventuelle blessure de ton âme ?

 

 

N'oublie pas cette célèbre phrase de Thomas Fuller : "Aussi longtemps que l'on médite sa vengeance, on garde sa blessure ouverte". Prends soin de toi, prends soin de ton âme !

 

N'hésitez pas à partager cet article

 et à liker la page Facebook & Instagram "The Apijob Company" 

Écrire commentaire

Commentaires: 0