Mets en lumière tes compétences !

Crédit photo: Freepix

En début d’année, nous nous fixons parfois comme objectif de changer de job pour en trouver un qui répondra davantage à nos envies et nos attentes. Avant de passer à l’action, il est important de prendre un temps d’introspection pour déterminer avec précision nos points forts, nos faiblesses, nos qualités, nos défauts et nos valeurs personnelles.

 

Tout au long du mois de janvier, je vous propose une série de trois articles pour partir à la conquête de votre « moi professionnel ».

 

Mieux se connaitre permet de valoriser efficacement ses points forts et d’être capable de s’adapter à une nouvelle entreprise ou à un nouveau poste. Dans ce premier article, à partir de vos expériences professionnelles et extra-professionnelles, je vous aide à déterminer les compétences développées, à les structurer et à les mettre en valeur.

 

I/ Distinguer le savoir et le savoir-faire

Le savoir est la connaissance théorique (formation scolaire, formations professionnelles, spécificités au secteur d’activité ou au métier). Pour déterminer son savoir, on peut se poser les questions suivantes : Quelles techniques ai-je acquis durant ma formation scolaire / ma formation professionnelle ? Que sais-je vraiment ? En quoi suis-je spécialisé(e) ?

Il est à noter que, contrairement aux croyances imposées par le système éducatif français, il n’est pas nécessaire d’avoir validé un diplôme pour avoir acquis des connaissances théoriques.

 

Le savoir-faire est la connaissance pratique acquise en exerçant un métier durant plusieurs années.

Pour déterminer son savoir-faire, on peut se poser les questions suivantes : Qu’est-ce que j’ai fait ? En quoi étais-je opérationnel sur mes anciens postes ?

 

II/ Révéler les compétences transversales

Pour évoluer dans son métier ou changer d’activité, il est souvent nécessaire de développer des compétences transversales.

Une compétence transversale est une conjugaison de compétences, de connaissances et de comportements s’exerçant de façon adaptée à un contexte professionnel précis. Une compétence transversale est alors une compétence qui peut s’exercer d’un contexte à un autre.

Prendre conscience de ses compétences transversales facilite la mobilité professionnelle. On a tendance parfois à se croire prisonnier d’un métier, d’une fonction. Or les compétences mobilisées pour l’exercice de ce métier peuvent être transposables ou adaptables à d’autres fonctions.

 

III/ Identifier ses aptitudes

Dans un premier temps, il y a lieu de lister les aptitudes par catégorie comme suit :

  • Les compétences techniques ; c’est-à-dire les compétences liées au secteur d’activité ou au métier,
  •  Les compétences sociales ; c’est-à-dire les compétences liées à l’Humain,
  • Les compétences organisationnelles ; c’est-à-dire les compétences liées à la capacité de mener un projet ou une équipe,
  • Les compétences informatiques,
  •  Les compétences linguistiques.

 

Ensuite, pour chaque aptitude définie, il y a lieu d’évaluer le niveau d’expertise. On peut utiliser l’échelle suivante : débutant, junior, confirmé ou expert.

  • Le débutant a des connaissances théoriques mais pas pratiques,
  •  Le junior a des connaissances théoriques qu’il a mis en pratique sous la tutelle d’un expert,
  •  Le confirmé a des connaissances théoriques et pratiques suffisantes pour être autonome,
  •  L’expert a des connaissances théoriques et pratiques avérées et il est capable de les transmettre à son tour.

 

 

IV/ Présenter efficacement ses compétences

                1/ Rester synthétique

Il est important de ne pas faire un inventaire trop détaillé de ses aptitudes mais de rester synthétique. Il est préférable de présenter une dizaine d’aptitudes au maximum pour ne pas perdre le recruteur ou lui faire peur.

Il est important de veiller à ce que chaque aptitude énoncée corresponde bien à une ou plusieurs expérience(s) professionnelle(s). Elles devront être illustrés par un exemple concret.

2/ Créer des sous-rubriques

Afin de mettre en valeur ses aptitudes, il peut être utile de les organiser en sous-rubriques ou tout au moins de les hiérarchiser. Lorsque les aptitudes sont négligées, le recruteur a des difficultés à projeter le candidat sur un poste potentiel et le CV est alors écarté de la sélection.

3/ Utiliser des mots simples

Il s’agit d’indiquer clairement au recruteur quelles sont les aptitudes maîtrisées sans pour autant le perdre. En premier lieu, il ne faut pas utiliser des mots trop techniques qui peuvent être incompris. En second lieu, il y a lieu de privilégier les verbes d’action afin de dynamiser vos aptitudes. Par exemple au lieu d’indiquer « Responsable d’une équipe », on peut dire « Superviser une équipe de 10 personnes ».

4/ Utiliser des synonymes

Afin de ne pas utiliser toujours les mêmes verbes d’action et de fluidifier la lecture de votre CV ou de votre profil, pensez à avoir recours à des synonymes.

 

 

N’hésitez pas à partager l’article

et à liker la page Facebook et Instagram The Apijob Company !